Vendredi soir, diner de rigueur dans la meilleure Winstub de la ville, celle de Christophe Andt, Au Pont Corbeau. Au menu, queue de boeuf au pinot noir, choucroute, tarte à la rhubarbe et paris-brest.

Commencez votre périple par la place Broglie et levez les yeux vers l’hôtel de ville, le palais du gouverneur, l’hôtel du préfet, l’opéra et la banque de France où Rouget de Lisle entonna pour la première fois son tube national.

Puis, empruntez la gourmande rue des orfèvres pour des haltes à la pâtisserie Naegel, à la fromagerie Lohro (mof 2007), et à la boulangerie Westermann. Puis allez donc admirer la cathédrale, icône de la ville.

Terminez votre promenade matinale dans la petite France, en allant acheter quelques pains d’épices chez Mireille Oster, la maîtresse du genre, au 14 rue des Dentelles.

Déjeuner au Terres à Vin des Villes, le bar à vin bio d’Eric Demange, qui propose des tapas chics et rustiques et des plats de bistrot imaginés par le chef étoilé Bruno Sohn.

14h, ouverture des portes de l’Aubette place Kléber. On ne parle pas ici du centre commercial mais du complexe de loisirs inauguré en 1928, chef d’oeuvre de Théo Van Doesburg, et dont le premier étage a été restitué.

Enchainez avec un peu de shopping avec entre autres du design et de la déco à la galerie Fou du roi, et des tissus à la Petite Emilienne (Liberty, popeline japonaise...) qui possède même un rayon mercerie nippone.

Si vous êtes à l’hôtel Chut, inutile d’aller bien loin pour le diner du samedi soir. Parfait menu à 38€ concocté par le jeune chef Julien Médard aussi inventif que respectueux des excellents produits qu’il utilise.

Vous pouvez aussi tenter votre chance chez Umami, le restaurant de poche (16 couverts) de René Fieger. Depuis sept ans, sa cuisine sous influence asiatique est un incontournable de la gastronomie strasbourgeoise.

Dimanche matin, sitôt réveillé, allez donc aux bains municipaux, ça vous changera des salles de gym des hôtels. Et c’est beaucoup plus joli. Surtout ceux de Strasbourg, inaugurés en 1908 et dotés de piscines et bains romains.

La natation, ça creuse, donc vous êtes autorisé à aller déguster un café et un kouglof chez Christian, rue de l’Outre, histoire de prendre des forces pour votre périple dominical.

Et là, vous avez deux possibilités : soit vous verser dans la taxidermie et vous vous rendez à l’extraordinaire et suranné musée zoologique, inauguré en 1893 au coeur de l’université impériale allemande.

Soit vous êtes plutôt féru de peinture plus ou moins figurative et de process art et vous allez au Musée d’art moderne et contemporain, oeuvre des ateliers AFA de l’architecte Adrien Fainsilbert.

Déjeunez d’une salade ou d’un plat du jour au Art Café, la très honnête cantine du musée. En fonction de la météo, bronzage possible sur «la plus belle terrasse de Strasbourg».

Si vous êtes allés au musée zoologique, repassez par le centre pour déjeuner d’une tartine à l’Épicerie. Joli décor nostalgique à souhait autour d’une grande table d’hôte qui vous permettra de vous faire de nouveaux amis.

L’après-midi, foncez au Stimultania (ouverture à 14h) pour l’expo consacrée à Pascal Bastien jusqu’au 31 juillet 2016.

Villa Novarina - 11 rue Westercamp - 03 90 41 18 28

Hôtel Chut - 4 rue du Bain aux plantes - 03 88 32 05 06

Les Haras - 23 rue des Glacières - 03 90 20 50 00

Au pont corbeau - 21 quai Saint-Nicolas - 03 88 35 60 68

Naegel - 9 rue des Orfèvres - 03 88 32 82 86

Maison Lohro - 3 rue des Orfèvres - 03 88 32 71 20

Pains Westermann - 1 rue des Orfèvres - 03 88 22 56 45

Mireille Oster - 14 rue des Dentelles - 03 88 32 33 34

Terres à vin des villes - 1 rue du Miroir - 03 88 51 37 20

L’Aubette 1928 - 31 place Kléber - 03 88 52 50 00

Fou du roi - 4 rue du Faisan - 03 88 24 23 25

Petite Émilienne - 21 rue Sainte-Madeleine - 03 88 36 64 47

Restaurant Umami - 8 rue des Dentelles - 03 88 32 80 53

Bains municipaux - 10 boulevard de la Victoire - 03 88 25 17 58

Christian - 12 rue de l’Outre - 03 88 32 04 41

Musée zoologique - 29 boulevard de la Victoire - 03 68 85 04 85

Musée art moderne & contemporain - 1 place Hans Jean Harp - 03 88 23 31 31

L’épicerie - 6 rue du Vieux Seigle - 03 88 32 52 41

Stimultania - 33 rue Kageneck - 03 88 23 63 11

Ayez l’obligeance de cliquer ici même à l’aide de votre souris (ou de votre index si vous êtes sur votre tablette) pour accéder à la carte très pratique des adresses de La snerm à Strasbourg.

Enfin, vient d’ouvrir il y a quelques mois les Haras, ancienne académie équestre du XVIIIè transformée en hôtel chic de 55 chambres cuir & bois par le duo de designers Jouin/Manku, inclus brasserie très spectaculaire.

Vous pouvez également descendre au coeur de la Petite France, à l’hôtel Chut de la décoratrice Mojgan Henriet et réserver l’une des 8 jolies chambres de 95 à 160€.

Ouverte en 2012 et devant son patronyme à l’élève de Le Corbusier qui l’édifia dans les années 50, la Villa Novarina propose des chambres d’un design de bon goût dans une gamme de prix franchement large : de 87 à 547€.

Jusqu’au 31 juillet 2016, l’excellent pôle photographique strasbourgeois Stimultania accueille Pascal Bastien, photojournaliste originaire de la capitale alsacienne, pour une exposition intitulée «Aujourd’hui, c’est toujours maintenant ?» consacrée à des clichés du quotidien.

Un bon prétexte pour aller passer un week-end à Strasbourg.

Le week-end à Strasbourg de monsieur Bernard

videos

week-ends

Emporium_of_Audiovisual_Wonders.html
Les_week-ends_de_monsieur_Bernard.html