Enfin, visite du Musée du temps, au Palais de Granvelle, pour découvrir la Leroy 01, montre la plus compliquée au monde, le pendule de Foucault, deux horloges atomiques, les calibres des montres électriques R27 et R148...

Si la faim ne vous tenaille pas encore, détour par le Frac Franche-Comté, conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma, avec à l’affiche Susanna Fritscher et Jean-Christophe Norman jusqu’au 11 janvier 2015.

Dimanche, petit déjeuner à la brasserie du commerce puis matinée marché : celui, couvert, des Beaux Arts place de la Révolution, et celui, extérieur, du Pont Battant place Jouffroy, repère des petits producteurs locaux.

Allez ensuite jeter un coup d’oeil à deux joyaux de l’architecture industrielle : l’usine Sidhor construite en 1948 par Alfred Ferraz et Lucien Seignol, et l’usine Dodane due à Auguste Perret qui date de 1943.

Si vous êtes allergique au fromage et la décoration rustique, repliez-vous sur l’Annexe, excellent bistrot marin contemporain avec menu à 34 et 45€.

Pour le diner, allez-donc vous repaître d’une fondue ou d’une assiette de charcuterie et de fromages du Haut Doubs chez l’Affineur Comtois, alias Pascal Colas. En dessert, une petite crème brûlée aux noix et au vin jaune devrait se charger de vous achever. Inutile de se mentir, tout ça n’est pas très raisonnable, mais bon, à Besançon, les nuits sont fraiches, alors ces quelques calories supplémentaires pourraient presque s’avérer salvatrices.

Soit vous la jouez plus canaille en allant aux Zinzins du Vin, tenu par Fabrice, expert es-vins naturels, et son épouse Momoko qui concocte en cuisine d’excellents tapas mi-biscontins mi-nippons.

Samedi matin, sautez dans le bus 17 direction la Citadelle, chef d’oeuvre de Vauban qui abrite le Museum d’histoire naturelle. Mentions spéciales pour l’insectarium et le noctarium.

Et si vous préférez un espace de 60m2 avec cuisine équipée, l’équipe de La maison de verre qui a investi l’ancienne usine automobile Schneider, a ouvert un loft à louer (550€ la semaine, tarif week-end sur demande).

Alternative toute aussi bonne, les voutes en moins, L’hôtel de Paris, où descendaient Colette, George Sand et Prosper Mérimée. 50 chambres de 86 à 200€ qui viennent d’être redécorées de manière gentiment design.

Déjeuner à la Brasserie 1802 place Granvelle, qui a pour principal avantage d’être ouverte le dimanche et de proposer des plats de... brasserie tout à fait honnêtes dans un cadre loin d’être désagréable.

Un verre de Pontarlier (le pastis local) en guise d’apéritif au Café Poste, 2 square Saint-Amour, et vous voilà prêt pour le diner. Et là, deux solutions s’offrent à vous. Soit vous n’êtes pas très regardant sur la déco, mais alors vraiment pas très regardant, vous vous concentrez sur l’assiette, et dans ce cas, le poulet au vin jaune et morilles ou les ris de veau du Poker d’as vous raviront.

Niché au pied des contreforts de la citadelle, le monastère des Clarisses est devenu hôtel après deux ans de travaux : Le Sauvage et ses 24 chambres (de 89€ la double à 280€ la suite en duplex), est notre favori à Besançon.

Enchainez avec un peu de shopping chez Square, caverne d’Ali Baba design. À deux pas, coup d’oeil sur la Porte Noire, arc de triomphe datant de Marc Aurèle, et sur l’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean.

Arrivé rue des Granges, petite halte chez Bétises et Volup Thé, passage devant la statue de Victor Hugo, local de l’étape, signée Ousmane Sow, et au 6 rue Pasteur, entrez chez Doubs Direct pour faire le plein de produits locaux.

Bon d’accord, au pied du Jura, il peut faire une peu frais. D’un autre côté, braver les frimas reste le meilleur moyen de mériter votre fondue chez l’Affineur Comtois sans pour autant culpabiliser outre mesure. Et puis Besançon vous offre un panel recommandable d’hôtels douillets, de musées intéressants et bien chauffés et de boutiques de bon goût tout ce qu’il y a de plus accueillantes.

Le week-end à Besançon de monsieur Bernard

Redescendez en ville pour un déjeuner Chez Bon. Dans un décor de brocante chic, succulentes tartes salées, divins petits farcis, crumbles et clafoutis à l’avenant, le tout accompagné d’un verre de vin ou d’un thé Mariage.

videos

week-ends

Square Saint-Amour, entrez dans Les appartements de Juju, le concept store local, puis faites un tour dans la cour de la médiathèque Pierre Bayle au 25 rue de la République. Il s’y passe souvent quelque chose d’intéressant.

Si vous n’arrivez pas trop tard, allez vous promener dans le quartier Battant : jolies boutiques et belles demeures, dont au 37 de la rue du même nom, l’hôtel de Champagney et sa double galerie en bois. Plus bas, passez devant l’église Sainte Madeleine et empruntez le pont Battant pour vous rendre au Temple du Saint-Esprit (5 rue Goudimel) avec là encore, une galerie en bois du plus bel effet.

Hôtel Le sauvage - 6 rue du Chapitre - 03 81 82 00 21

Hôtel de Paris - 16 rue de la République - 03 81 81 36 56

La maison de verre - 26 rue Bersot - 06 12 38 12 57

L’affineur comtois - 82 rue Battant - 03 81 61 47 29

L’annexe - 11 rue du palais de Justice - 03 81 53 17 12

La citadelle et le Museum

Chez Bon - 52 rue des Granges - 03 81 48 85 89

Square - 15 rue Victor Hugo - 03 81 82 09 83

Bétises et Volup’Thé - 79 rue des Granges - 03 81 50 83 45

Doubs direct - 6 rue Pasteur - 03 81 50 55 91

Les appartements de Juju - 14 rue Proudhon - 03 81 82 30 43

Café Poste - 2 rue du Clos Saint-Amour - 03 81 82 20 01

Le poker d’as - 14 rue du Clos Saint-Amour - 03 81 81 42 49

Les Zinzins du Vin - 14 rue de la Madeleine - 03 81 81 24 74

Brasserie du commerce - 31 rue des Granges - 03 81 81 33 11

Frac Franche-Comté - 2 passage des Arts - 03 81 81 87 87 00

Brasserie 1802 - Place Granvelle - 03 81 82 21 97

Musée du Temps - 96 Grande rue - 03 81 87 81 60

Ayez l’obligeance de cliquer ici même à l’aide de votre souris (ou de votre index si vous êtes sur votre tablette) pour accéder à la carte très pratique des adresses de La snerm à Besançon.

Emporium_of_Audiovisual_Wonders.html
Les_week-ends_de_monsieur_Bernard.html